FR
EN
BIENTRAITANCE  
Méthode Montessori : pour les personnes âgées aussi !

On connait essentiellement la méthode Montessori comme pédagogie alternative pour l’épanouissement des enfants dans le respect de leur singularité, mais elle fait aussi ses preuves dans l’accompagnement des personnes âgées, en particulier chez Colisée.

C

réée en 1907 par Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne, la méthode s’appuie sur l’éducation sensorielle de l’enfant et repose sur trois fondamentaux : la posture de l’éducateur, l’adaptation de l’environnement et le matériel pédagogique spécifique. Sa transposition aux personnes âgées est plus récente. Elle date d’il y a une vingtaine d’années et est attribuée au neuropsychologue américain Cameron Camp, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet parmi lesquels « Alzheimer, une vie pleine de défis, des solutions pratiques pour un quotidien apaisé ».

Un accompagnement de l’ensemble des professionnels

Les formations d’AG&D « Montessori lifestyle », partenaire de Colisée, s’appuient précisément sur ces travaux et sont déployées en continu au sein des équipes du groupe qui a fait le choix d’accompagner les managers pour implémenter la culture de la bientraitance à travers cette approche non médicamenteuse, humaine et positive. Depuis 2015, la formation et la sensibilisation ont lieu dans tous les établissements aussi bien auprès de la direction, que des médecins coordonnateurs, des infirmiers, des psychologues, des soignants, en somme de tous les professionnels du groupe afin qu’ils partagent la même vision du métier et le même regard sur les résidents. C’est plus de 800 collaborateurs par an qui sont ainsi formés depuis 2016.

Selon la méthode Montessori, l’EHPAD doit s’adapter à la personne et le soignant est un facilitateur qui va l’aider à retrouver son autonomie en lui redonnant des repères, du choix, le contrôle sur sa vie. En effet, le postulat de base est de considérer que la personne a des capacités sur lesquelles il faut s’appuyer. Tout comme la méthode Montessori change le regard sur les enfants et se traduit par la recherche constante de leur autonomie dans les écoles, il en va de même pour l’accompagnement des personnes âgées, en particulier lorsqu’elles sont désorientées ou atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le soignant porte désormais son regard non plus sur un malade, mais sur un être humain pris dans sa singularité, respecté dans son libre choix. Une évolution culturelle qui demande un travail profond tant les approches courantes de l’accompagnement des personnes âgées, y compris en matière de cotation AGGIR et Pathos, portent davantage sur les incapacités et sur les pathologies que sur le potentiel des personnes.

Une méthode opérationnelle qui porte ses fruits

Des exemples ? Une personne présentant des troubles cognitifs, assise en permanence à l’entrée, qui était hôtesse d’accueil dans sa vie professionnelle, pourra être valorisée dans un rôle semblable à l’entrée d’un établissement : elle peut devenir ainsi actrice de sa vie et non plus passive. On pourra lui demander si elle veut bien nous aider à accueillir les visiteurs. Le résultat sur son humeur peut être stupéfiant ! Autre exemple, l’installation de panneaux très lisibles (grande police de caractère et logotype) indiquant les toilettes permet aux résidents de retrouver bien plus facilement leur chemin et d’éviter une « incontinence subie ». En termes d’alimentation aussi, la méthode est pertinente : mettre une assiette blanche sur une nappe blanche ne facilite pas la prise de repas pour les personnes présentant des troubles visuels ou cognitifs ; au contraire, jouer sur les contrastes de couleur. Utiliser de la vaisselle bleue ou des sets de table avec indication de l’emplacement des couverts permet de redonner des repères et facilite l’alimentation. Identifier les soignants, avec leur prénom et leur fonction sur un badge inscrit en très grande police, est également indispensable pour faciliter les échanges et éviter la mise en échec.

Il ne s’agit pas évidemment pas d’infantiliser, même si l’expression n’est pas péjorative dès lors que l’on porte un regard différent sur les enfants, mais de créer un environnement qui qui favorise la prise d’initiative et l’autonomie en s’appuyant sur les capacités des personnes pour les aider à faire, voire pour qu’elles-mêmes aident les soignants à faire !

La méthode porte ses fruits et les retours via les enquêtes de satisfaction sont positifs. La démarche a vocation à s’inscrire dans la durée : les soignants sont formés sur trois ans, des partenariats sont mis en place avec des écoles Montessori pour favoriser les échanges intergénérationnels et des conférences ont lieu dans les établissements afin d’expliquer les bienfaits de la méthode aux familles. Renforcée en permanence, la démarche est, dans sa philosophie, désormais portée par le groupe au niveau européen.
À LIRE AUSSI  
> Relever le défi du vieillissement à venir en Europe

> La RSE en action : réduire l’empreinte carbone

> Colisée et le succès de la vaccination

Suivez - nous
 
À propos du Groupe Colisée
Avec plus de 16 000 collaborateurs, Colisée, acteur de référence européen, développe son expertise au service de l’accompagnement et des soins aux personnes âgées. Son réseau en France, Belgique, Espagne, Italie et Chine accueille plus de 25 000 résidents et patients en Etablissements Médicalisés et Résidences avec services. Colisée développe également des services à domicile. Il a pour actionnaires principaux EQT et CDPQ.
  Mentions légales
Tous les contenus du site http://www.groupecolisee.com sont couverts par le droit d’auteur. Toute reprise, partielle ou totale, est soumise à l’accord de l’auteur en vertu de l’article L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Après avoir obtenu cet accord, la reproduction des pages de ce site est autorisée à condition d’en mentionner la source et d’en fournir les liens correspondants. Toute autre reproduction ou utilisation à des fins commerciales de ces documents ne peuvent avoir lieu sans l’autorisation écrite expresse de l’auteur.